Altran (-25%) victime d’un chiffre d’affaire bidonné par sa filiale californienne Aricent

Rédigé le 13 juillet 2018 par | Actions, Indices, sociétés et marchés Imprimer

Dirigeable éolien d'Altran

Crédit : Altran

Du jamais depuis 16 ans et le krach des « dot.com » de l’automne 2002 : Altran Technologies a dévissé de -29% dès l’ouverture (vers 8,40€), effaçant d’un coup tous ses gains depuis la mi-juin 2015).

Une véritable panique s’empare des actionnaires suite à la découverte de bons de commandes fictifs représentant un montant de 10Ms$ chez Aricent, sa filiale californienne, acquise pour 2Mds$ mi-2017 (Aricent est un spécialiste de l’intelligence artificielle et des services de design et d’ingénierie digitale, dont le siège est à Santa Clara).

Peut-être que 10Ms$ c’est une somme importante… pour une PME ! Mais le groupe réalise 690Ms$ de chiffre d’affaire, sur les 3Mds$ de l’ensemble formé avec Altran.

Le doute s’installe

La marge d’Aricent de 18,3% est revue de -16,5% à la baisse, à 15,6% à fin juin 2018 : c’est une déception mais l’impact est marginal sur le résultat de l’ensemble Aricent/Altran… en aucun cas de -25% sur la profitabilité globale.

La violence de la sanction traduit donc autre chose : une perte de confiance des investisseurs et la crainte qu’un audit des compte ne fasse découvrir de nouveaux cadavres dans les placards. Quelle est la crédibilité du bilan 2017 ?

Et si Aricent avait artificiellement gonflé son chiffre d’affaire pour se vendre plus cher ? Pour rappel, c’est le fonds d’investissement KKR qui avait piloté la cession d’un bloc majoritaire d’actions à Altran.

Bourse : l’été pourrait être chaud…

Mots clé : -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire