ALTEN ne fait plus exception

Rédigé le 6 mai 2013 par | Biotechs et Medtechs, Mid et Small Caps Imprimer

Comme vous le savez, en Bourse, « les arbres ne montent pas jusqu’au ciel ». C’est d’ailleurs pour cela qu’en février dernier j’ai consacré un article à la manière dont il vous faut appréhender les valeurs survalorisées. Le but était de vous démontrer que ce genre de valeurs était à manier avec une extrême précaution. A cette fin, fin mars, j’ai poursuivi mon développement à la lumière d’un exemple concret : ESI Group : du piédestal au pilori

Pour rappel, le groupe avait essuyé une sévère sanction boursière en raison d’un fléchissement de sa croissance au T4. Comme je le disais alors : « Suite à cette annonce, le titre a connu une véritable descente aux enfers, passant de 31,37 euros le 14 mars à 25,45 euros le 21 mars, soit plus de 20% de baisse en moins d’une semaine. » Depuis la chute s’est encore accélérée, des mauvais résultats ont été publiés et l’action vaut actuellement moins de 19 euros.

Il en va ainsi des valeurs survalorisées. La moindre mauvaise nouvelle se paie cash. Si mes deux précédents articles ne vous ont toujours pas convaincu, aujourd’hui je vous propose un nouvel exemple : ALTEN (FR0000071946).

• Déception et sanction boursière

ALTEN, a longtemps fait office d’exception dans le secteur des ESN. En effet, ce spécialiste de l’ingénierie et du conseil en hautes technologies brillait par sa capacité à résister à la crise. Lors de mes one to one avec les chefs d’entreprise du secteur, j’entendais régulièrement : « Nous ne sommes pas ALTEN avec ses 10% de rentabilité mais nous faisons mieux que la moyenne du secteur ». C’est dire si la valeur servait de référence quand on parlait du secteur ! Mais ça c’était avant la semaine dernière…

Le groupe a en effet publié un chiffre d’affaires trimestriel en croissance d’un petit 1,8% et des guidances somme toute décevantes sur l’ensemble de l’exercice en cours – soit moins que ce qu’attendaient les analystes. Il n’y là rien de grave. Certes. Mais il n’en fallait pas plus pour que le titre passe de 31 euros à 26 euros en deux séances… Inhabituel pour l’action qui tutoyait 10 jours auparavant ses plus-hauts depuis 5 ans et qui n’était pas connue pour ses incursions baissières.

Il faut dire que le premier trimestre laisse une impression mitigée avec notamment une inflexion de tendance très nette depuis le mois de mars. Le taux d’activité a baissé à 91,7% tandis que l’activité, de son côté, a chuté de 16% dans la finance et de 14% dans l’automobile – petit problème donc car ces deux secteurs représentent environ 30% du chiffre d’affaires total d’ALTEN…

• ALTEN : le baromètre des small et mid caps

En fait, ALTEN est un vrai baromètre de l’économie dans le monde des small et mid caps. Quand il maintient ou améliore ses marges, c’est que la situation n’est pas si désespérée. Dans le cas contraire, c’est différent et cela peut inquiéter les investisseurs…

De mon côté, j’ai refait mes calculs. Il me semble que la marge opérationnelle courante sera plus proche des 9,2% que des 10% de 2012. Tout cela n’est pas très bon signe pour une action qui valait, avant sa chute, 13 fois ses bénéfices 2013 et qui se paye maintenant sur un PER 11… Bien que je ne pense pas que la dynamique du titre ait été cassée pour autant, cet exemple vous invite une fois encore à la plus grande prudence sur ce genre de valeurs.

Je réitère encore une fois mon conseil : méfiez-vous de ces icônes mal juchées sur leur piédestal. Leur chute peut-être dangereuse pour votre portefeuille. Et ce, même si certaines ont tendance à se relever rapidement…

_____________________Pour vous aider dans vos investissements______________________

« Pour moi, cela ne fait aucun doute : pour gagner de l’argent en Bourse, il faut viser les small, et surtout les mid caps. » Eric Lewin

La plupart des informations dont Eric dispose ne peuvent pas être diffusées dans les médias. Or ces analyses essentielles pourraient vous permettre de profiter des meilleures opportunités de marché et viser des plus-values exceptionnelles !

Aujourd’hui, Eric Lewin a décidé de lancer sa propre lettre confidentielle d’investissement pour VOUS faire profiter de ses informations en exclusivité.

Pour en profiter sans attendre : c’est ici !

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Laissez un commentaire