Alstom / Général Electric : remise en cause du rachat ?

Rédigé le 12 juin 2015 par | Big caps, Toutes les analyses Imprimer

Alors que le CAC repart de l’avant depuis son point bas de mardi [NDLR : Mathieu vient d’ailleurs d’en profiter pour déboucler un second gain de près de + 20% depuis le début de la semaine], Alstom (FR0010220475) a plongé, hier, jeudi, sous les 25 €, perdant plus de 8% en séance avant de clôturer à -3,23%.

En cause : la Commission Européenne doit adresser ce vendredi une « communication de griefs » à General Electric car le rachat par le conglomérat américain de la branche énergie du français Alstom pourrait nuire à la concurrence et aux lois anti-trust.

Or, ce genre de lettre d’objection est souvent le prélude à un veto. Le marché s’inquiète donc légitimement d’un tel rejet. Pas étonnant qu’Alstom ait donc plongé jeudi.

Techniquement, le retour dans la zone basse du gap ouvert après l’annonce de rachat par General Electric en avril 2014 m’intéresse. Je vais ainsi surveiller la valeur jusqu’à ce soir (vendredi 12 juin) car cela pourrait constituer une bonne fenêtre de tir pour se positionner.

En effet, il est bien probable que, même en cas de rappel à l’ordre par la Commission Européenne, General Electric n’en reste pas là : des concessions supplémentaires seront toujours possibles pour permettre le rachat de la branche énergétique de l’entreprise française.

Jusqu’à présent, le géant américain avait plutôt cherché à contourner certaines réglementations antitrust, mais il pourrait très bien, selon moi, en avoir « gardé un peu sous le coude ». Des annonces de concessions plus fortes sont donc loin d’être impossibles pour amadouer les autorités.

Pour le reste, en ce qui concerne Alstom, il faut garder en tête que, en cas d’échec du projet avec General Electric, la redistribution de 3,5 et 4 Mds€ prévue aux actionnaires par le biais de rachats d’actions risque d’être avortée.

Cependant, n’oublions pas que, au niveau fondamental, la dernière publication de début mai avait permis au groupe de confirmer ses objectifs annuels avec des hausses attendues du chiffre d’affaires et des marges sur fond de bonne dynamique de la division Transport. Un très bon signal envoyé aux investisseurs qui pourrait venir contrebalancer le caractère négatif du potentiel blocage par la Commission Européenne.

A ce stade, attendons de voir la décision de la Commission Européenne. De mon côté, je garde en tout cas un œil sur un éventuel retour en zone basse vers les 24/25 € pour envisager un petit achat.

 

Mathieu Lebrun
Mathieu Lebrun
Rédacteur en Chef d'Agora Trading

Mathieu Lebrun est analyste financier. Il commence sa carrière chez Fortis Banque pour intégrer la table de négociations sur devises au sein de la salle des marchés du groupe Natexis Banques Populaires. En 2004, il intègre un cabinet de conseil sur produits dérivés en tant qu’analyste technique et obtient son diplôme d’Analyste Technique délivré par la STA (Society of Technical Analysis).

Depuis près de 10 ans, il s’est forgé une solide expérience sur les marchés financiers. En juin 2013, il décide de créer un service de trading simple et efficace : Agora Trading. Pour ses abonnés, il combine à merveille sa lecture des différentes classes d’actifs et leur corrélation pour en tirer le meilleur. Vous pouvez ainsi vous positionner en toute simplicité, en exploitant des outils de trading ultra-efficaces, les certificats Turbos.

En savoir plus sur Agora Trading.

Laissez un commentaire