L’Allemagne pourrait-elle quitter l’euro ?

Rédigé le 3 novembre 2011 par | Apprendre la Bourse, Matières Premières Imprimer

_______________________________Pour vous aider dans vos trades________________________________

N’ATTENDEZ PAS !

L’euphorie boursière a suivi le sommet européen de mercredi dernier…
… mais il se pourrait qu’elle soit de courte durée – jusqu’au 3 novembre très précisément.

Rien n’a été réglé, au contraire – et le contrecoup pourrait être rude. Il vous reste très peu de temps pour prendre les mesures qui s’imposent ; deux d’entre elles, notamment, vous aideront à protéger votre capital : découvrez-les sans attendre.

____________________________________________________________________________________________________

Voici ce qu’écrivait il y a quelques jours Simone Wapler dans l’Investisseur Or & Matières…

L’énigmatique De La Rue…
C’est une entreprise britannique, leader mondial dans l’impression de billets, qui aurait reçu une commande pour imprimer des “nouveaux Deutschmarks” selon une fuite d’un employé, postée sur un forum.

Par ailleurs, dans une récente interview au Spiegel, Wolfgang Schäuble, ministre allemand des Finances, évoque la sortie possible de l’Allemagne de la zone euro à mots à peine voilés.

Si la BCE imprime, l’Allemagne pourrait claquer la porte de l’Europe
« Nous sommes confrontés à des évènements que nous n’avions pas prévus », commence par dire Wolfgang Schäuble.

Puis « nous voulons sécuriser notre prospérité à long terme » après avoir évoqué le problème du vieillissement de la population. Et qui dit population âgée, vivant de rentes, dit population vulnérable à l’inflation.

Dans cette interview, sont ensuite évoqués l’inflation et/ou la guerre comme moyen d’éroder la dette.

En final, le Spiegel pose la question d’une réforme monétaire (a monetary reform). Le mot « monétaire » est très important, ce n’est pas « fiscal ». Les Allemands sont des gens précis. Il ne s’agit donc pas de mesures budgétaires (faire rentrer des impôts, réduire les dépenses publiques, etc.).

Ce à quoi à Wolfgang Schäuble répond « vous avez exactement décrit l’énorme défi historique que nous affrontons… »

Je peux me tromper, mais il me semble bien que ce Wolfgang Schäuble et l’Allemagne ont une idée derrière la tête : claquer la porte de l’euro si l’impression monétaire – jugée suicidaire pour la prospérité à long terme – est décidée.

Nous avons donc le choix entre Charybde et Scylla

A terme, mêmes conséquences : l’euthanasie financière des retraités (bientôt majoritaires) et la saignée des plus jeunes (minoritaires mais susceptibles de rébellion).

A ce stade, je vous entends penser cher lecteur et vous rebiffer : « l’Allemagne ne sortira pas de la zone euro. Ca lui coûterait beaucoup trop cher, elle a tellement besoin de nous. Nous sommes son plus gros partenaire commercial. »

Erreur, grave erreur…
Une sortie de l’euro ne coûterait pas si cher que cela à l’Allemagne. Ils ont fait leurs comptes (en privé) et UBS aussi. La banque suisse a publié ses propres conclusions dans un document intitulé Euro break-up – The consequences.

Voici donc mes conclusions
Nous vivons une crise sans précédent historique. Nous sommes passés d’une crise financière à une crise économique, puis une crise politique grave et profonde. La seule réponse des autorités sera in fine d’imprimer de l’argent fondé sur aucune richesse tangible.

Imprimer de l’argent n’a jamais créé de richesse ; nos autorités sont stupides, je vous l’accorde, mais elles ont quand même compris cela. Acheter du temps, c’est le principe des obligations. Le temps coûte de plus en plus cher. Vous le voyez puisque les rendements des obligations souveraines montent. Bientôt nous ne pourrons plus acheter de temps. Ce sera la fin.

Quand ?

Je n’en sais rien. Mais je vous livre la conclusion du rapport de l’UBS sur l’Eurozone : « la seule façon de se prémunir d’un éclatement de l’euro est de ne posséder aucun actifs libellés en euro. »

Voilà qui a le mérite de la clarté.

Sachant que le dollar s’imprime, le yen s’imprime, la livre sterling s’imprime, le franc suisse s’imprime, et que, nous, nous sommes obligés d’avoir des euros… il nous reste l’or.

Comme dit à un nouveau venu angoissé, je ne suis pas sûre qu’en achetant de l’or aujourd’hui vous l’achetiez au plus bas. Mais je suis sûre et certaine qu’il ira bien plus haut qu’aujourd’hui. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Mots clé : - - -

Simone Wapler
Simone Wapler
Rédactrice en Chef de Crise, Or & Opportunités et de La Stratégie de Simone Wapler

Simone Wapler est ingénieur de formation. Elle a travaillé dans le secteur de l’ingénierie aéronautique. Cette double casquette ingénieur/analyste financier est un véritable atout qu’elle met au service des abonnés.

Elle aborde les marchés avec l’œil du professionnel, de l’ingénieur, de l’industriel, et non celui du financier.

Son expertise, notamment dans le secteur des métaux de base et des métaux précieux, lui donne une longueur d’avance, une meilleure compréhension des vrais tenants et aboutissants du marché des ressources naturelles — un marché par ailleurs en pleine expansion, dont Simone Wapler connaît parfaitement tous les rouages, notamment au niveau de l’offre et de la demande.

Pour en savoir plus sur Crise, Or & Opportunités et La Stratégie de Simone Wapler.

Visitez le site officiel de Simone Wapler : www.Simone Wapler.fr

7 commentaires pour “L’Allemagne pourrait-elle quitter l’euro ?”

  1. […] moins envisagé et pourtant à notre sens c’est celui qui a le plus de chance de se produire. Simone Wapler vous en a déjà parlé… les rumeurs commencent à gronder sur le […]

  2. […] Maintenir la zone euro en l’état ou certains pays doivent-il sortir ? L’Allemagne doit-elle quitter la zone ? […]

  3. […] ils devront accepter le recours à la planche à billets, ou… sortir de l’euro. La sortie de l’Allemagne de l’euro est le scénario le moins envisagé et pourtant à notre sens c’est celui qui a le plus de […]

  4. […] 1/ s’il y a résolution de cette crise par éclatement de la zone (sortie des PIIGS ou sortie allemande, ou création d’une zone à deux vitesses), il y aura une forte prime de risques sur les […]

  5. […] ▪ Telle est, en tout cas, l’information du Docteur Pippa Malmgren, ancienne conseiller économique du président américain. Entre rumeurs de plus en plus insistantes et désinformation… il est difficile d’y voir clair. Simone Wapler avait essayé d’analyser une première rumeur sur le sujet. […]

  6. Comment pouvez-vous écrire de telles absurdités : Par ex : le coût de sortie de la zone par les allemands serait de 4 à 5 fois supérieur que le coût d’un défault de la grèce, du Portugal et de l’Irlande selon le rapport d’UBS que vous citez…. Vous n’avez pas le droit de transformer et réduire à ce point les idéées dégagées par les sources que vous citez !!

  7. L’incroyable vérité qui se cache derrière les négociations de la zone Euro
    http://zebuzzeo.blogspot.com/2011/12/lincroyable-verite-qui-se-cache.html

Laissez un commentaire