Alerte rouge sur la restauration collective

Rédigé le 16 mai 2018 par | A la une, Trading, Bourse Imprimer

Elior

Crédit : Elior

Les temps sont décidément très durs pour le secteur de la restauration collective. Eric Lewin avait déjà noté la panne de croissance pour les géants du secteur, Elior et Sodexo, en novembre dernier… Eh bien d’après les derniers résultats qui ont été publiés, de toute évidence, c’est toujours la disette pour le secteur : deux mois après son concurrent Sodexo, Elior vient de lancer un avertissement sur résultats, le deuxième du groupe en l’espace de six mois !

Comme le dit Eric dans son analyse de ce jour (retrouvez-la en entier ici) : « le groupe ne réalisera qu’une croissance organique de 3% couplée à une marge d’Ebitda retraité comprise entre 7,5 et 7,8%, et anticipe une baisse de son bénéfice net par action. Or, il visait jusqu’ici une croissance organique d’« au moins » 3%, une marge d’Ebitda retraité stable à 8,3% ainsi qu’une légère progression du résultat net par action ajusté. »

Elior, lanterne rouge du SBF 120

D’une façon générale, et sans faire offense à son successeur Philippe Guillemot, le groupe a toutes les peines du monde à se remettre du départ de Philippe Salle, parti rejoindre Foncia en juillet dernier.

Le dossier est pour le moins épineux et le titre, lanterne rouge du SBF 120, est laminé ce matin. Décidément, on se demande comment les investisseurs se montrent si optimistes sur les marchés en général, alors que les résultats de grosses sociétés stars de leur secteur sont à la peine (on se rappelle du gadin d’Iliad hier), que les taux remontent et que certaines grosses IPO ne se passent pas si bien que prévu, comme nous l’explique Eric dans son article.

Bonne séance,

Guillaume

Gros gadin pour Elior

Mots clé : - -

Guillaume Duhamel
Guillaume Duhamel

Guillaume Duhamel suit l’actualité boursière au quotidien depuis plus de 5 ans. Historien diplômé de l’Université de Paris IV-Sorbonne et journaliste de formation, passé également par le sport et le développement durable, il voue un intérêt particulier aux small et midcaps, ainsi qu’aux secteurs de l’énergie et de l’aéronautique

Laissez un commentaire