Action – Voluntis ouvre la voie boursière aux digital biotechs

Rédigé le 27 mai 2018 par | A la une, Biotechs et Medtechs, IPO, OPA, opérations financières Imprimer

BiotechVoluntis (FR0004183960) est la première d’une nouvelle génération de biotechs à intégrer la Bourse parisienne.

Les biotechs sont le produit d’un mariage extrêmement fécond. Celui de la science du vivant (biologie) et de tout ce que les autres sciences peuvent produire en techniques innovantes et nouvelles avancées. Physique, chimie, biochimie, biophysique, génétique… les alliances possibles sont nombreuses.

Vous ne serez donc pas étonné d’apprendre que l’on peut désormais associer thérapies médicales et technologies numériques. Le concept est tout neuf. Et les entreprises qui s’en réclament s’appellent les digital biotechs. Ces sociétés proposent des solutions logicielles destinées à accompagner les patients atteints d’une maladie chronique dans le suivi de leur traitement.

Voluntis, première digital biotech à entrer en Bourse

Voluntis est la première de cette nouvelle génération de biotechs à intégrer la Bourse parisienne. La levée de fonds porte entre 30 M€ et 35 M€ pour une capitalisation post-money autour de 120 M€.

Le groupe a développé deux thérapies digitales pour le diabète (Diabeo et Insulia). Ces applications pour mobile proposent au patient et à son praticien une plateforme permettant de faciliter leurs échanges. L’idée ?  Assurer un meilleur suivi de la maladie. En effet, elles permettent au médecin de consulter, de façon régulière, le taux de glycémie de son patient, ses prises d’insuline et ainsi adapter son traitement en fonction.

De plus d’autres solutions sont en cours de développement chez Voluntis, pour le cancer et l’hémophilie notamment. Voluntis se positionne ainsi sur le marché de la télémédecine dont le segment des thérapies digitales, estimé à 2 Mds$ actuellement, est appelé est quadrupler d’ici à 2025.

Contrairement à bon nombre de biotechs, la société dégage du chiffre d’affaires. Ce dernier devrait atteindre le seuil symbolique des 10 M€ cette année et pourrait quintupler d’ici à 2020. L’équilibre n’est toutefois pas attendu avant 2022 – comme souvent dans ce type de business dont le développement implique de lourds investissements financiers.

Faut-il jouer cette IPO ?

En réalité, la réponse est non. Vous me connaissez. Mieux vaut attendre les premières cotations avant de s’intéresser au dossier. Ceci dit, c’est pour moi l’un des plus prometteurs parmi du moment. [Vous souhaitez vivre du trading ? De VOTRE trading ? C’est possible, même si vous êtes débutant. Je vous en dis plus par ici…]

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias, conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management, responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance, consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Mots clé : - - -

Laissez un commentaire