N’achetez pas n’importe quelle penny stock

Rédigé le 15 novembre 2011 par | Biotechs et Medtechs, Mid et Small Caps Imprimer

La petite valeur qui fait l’actu, cette semaine, c’est XIRING (FR0004155612 – ALXIR). Quand je vous disais que les small caps devenaient des proies idéales !

Une nouvelle OPA sur une small caps

Cette semaine, c’est donc XIRING, l’éditeur de solutions de sécurité pour les transactions électroniques, qui se fait racheter par INGENICO, le spécialiste des solutions de monétiques. La prime, 24%, est loin d’être négligeable… Et ce n’est sans doute pas fini.

Je sais que les abonnés à la lettre Vos Finances, de mon collègue Frédéric Laurent, ont bien profité de cette petite valeur : ils ont touché un dividende exceptionnel de 25%, puis un autre de 13% (oui, XIRING versait des dividendes énormes !). Ils ont également profité de la hausse du titre, et aujourd’hui, de la prime donnée par INGENICO. C’était une vraie pépite ! Bref, là, Frédéric Laurent leur a conseillé d’apporter leurs titres XIRING à l’offre car ils clôtureront ainsi un gain de 68%. Pour une lettre patrimoniale qui vise du 8% par an… je trouve que c’est une très belle opération !

[NRLR : Si cela vous intéresse, Frédéric Laurent vous conseille ces 5 valeurs pour traverser la crise sans problème et assurer la croissance de votre capital sereinement.]

Mais revenons à l’histoire de XIRING. Contrairement aux années 90 où l’on pouvait sentir les OPA par une hausse du titre et un gonflement des volumes (cas par exemple de batailles homériques sur la Société Générale ou encore la Navigation Mixte pour ceux qui fréquentaient, comme moi, le Palais Brongniart dans les années 80), la période actuelle se caractérise pas une absence totale de spéculation sur les dossiers.

Un beau matin, comme hier, vous vous réveillez et vous apprenez qu’il y a une opération sur XIRING. On ne peut pas dire que c’était anticipé. Le cours de XIRING est resté stable depuis une semaine avec seulement 7 000 titres échangés en cinq séances soit seulement 96 000 euros. Autant dire pas grand-chose…

Attention aux penny stocks

Je veux également vous alerter sur le fait qu’une penny stock* n’est pas forcément une action à acheter, même si son prix inférieur à 1 euro peut encourager la spéculation.

Psychologiquement, il paraît plus lucratif d’acheter 1 500 actions à 0,80€ que 150 actions à 8 euros… Pourtant, c’est également la même somme investie et un prix faible ne veut pas dire qu’il a plus de chances de remonter !

Dites-vous bien également qu’une action valant moins de 1 euro est en général une action qui a des performances boursières décevantes depuis quelques années, ce qui ne présage en rien de l’avenir, mais qui donne quelques pistes de réflexion.

Prenons l’exemple d’OXIS INTERNATIONAL (US6918294025 – OXI). Voilà une société que je n’aime pas beaucoup — c’est un euphémisme. Elle cote 0,03€ en recul de 72% depuis le 1er janvier, mais régulièrement, elle fait la une des sites boursiers car elle s’envole de 30% ou 50%. Cette société cote sur l’Eurolist C avec une valorisation de 0,2 million d’euros (M€). Elle ne communique jamais. Tout juste sait-on qu’elle exerce son activité dans la vente de produits nutraceutiques.

Il est tentant d’en acheter à 0,03€ pour viser 0,04€ : 1 cent d’écart, et c’est une hausse de 33% !… Mais ce pari est risqué tant la société est inintéressante et n’a rien à faire sur les marchés. Ce sont des coups spéculatifs, sur lesquels vous avez toutes les chances de vous faire scotcher.

Prenons un autre exemple avec BCI Navigation (FR0000076192 – BNA)

Je vous ai toujours dit — et pas plus tard que le 11 novembre dernier — de ne pas mettre un centime sur le spécialiste (si c’est vraiment un spécialiste) de la localisation géographique. A 2 euros il y a six mois, je trouvais la valorisation grotesque. J’ai le même raisonnement actuellement à 0,54€ alors que l’action vient de perdre 24% en cinq séances. La continuité de l’exploitation n’est pas assurée, ce qui veut dire, en bon français, que la société peut disparaître et l’action valoir 0.

Vous comprenez que le risque est grand d’aller sur ce titre même si en théorie une action qui perd un quart de sa valeur en quelques séances a toutes les chances de remonter… En théorie oui ; mais en pratique…

Les entreprises feraient tout pour sortir de leur statut de penny stock !

C’est pour cela qu’il faut être extrêmement méfiant sur ce genre de dossier. Dites-vous bien qu’un statut de penny stock n’est pas enviable pour une société. Elle disparaît des radars des gérants de fonds qui ne vont pas sur des sociétés assimilées à des tickets de loterie. Le regroupement d’actions est dans ce cas-là la solution la plus acceptable pour un patron de société car cela lui permet de donner une vie boursière beaucoup plus visible à son action.

Dernièrement je discutais avec le PDG d’une société exerçant dans la business intelligence mais dont je tairai le nom. Il m’indiquait être assez contrarié car la baisse des marchés avait fait reculer son titre vers 1 euro. Sa grande angoisse était, qu’en dépit de bons fondamentaux, son cours de Bourse passe sous 1 euro et devienne une penny stock.

Vous pouvez d’ailleurs relire mes articles du 31 mai et du 3 juin ou j’avais fait un point précis sur les penny stocks que j’aimais bien… ou au contraire que je vous conseillais d’éviter. Certaines ont été liquidées comme MINDSCAPE, d’autres ont fortement baissé comme ADOMOS ou encore 1855. Bref, cela n’a pas été de tout repos pour l’ensemble de ses valeurs.

Je termine juste en vous donnant rendez-vous sur le salon Actionaria, vendredi et samedi prochains, sur le stand des Publications Agora. Je serai présent pour discuter avec vous vendredi, de 12h à 14h et samedi de 10h à 12h. J’espère que vous serez nombreux ! Je vous laisse découvrir ci-dessous le détail des offres et du programme des Publications Agora pour ce salon.

_______________________________________________________________

VENEZ NOUS RENCONTRER SUR LE SALON ACTIONARIA ET PROFITEZ DE -15% SUPPLEMENTAIRES SUR NOS SERVICES BOURSIERS !

Seul salon européen dédié à l’investissement en Bourse, Actionaria vous donne l’opportunité — les 18 et 19 novembre au Palais des Congrès de Paris — de rencontrer tous les acteurs des marchés boursiers.
Comme chaque année, nous serons là pour discuter avec vous. C’est donc l’occasion de rencontrer et de poser toutes vos questions à nos rédacteurs.

Vendredi 18 novembre, seront présents :

  • 10h-12h : Mathieu Lebrun (Agora CFD)
  • 12h-14h : Philippe Béchade (La Chronique Agora) & Eric Lewin (Small Caps Confidentiel)
  • 12h30-13h30 : Sébastien Duhamel (Levier7)
  • 14h-16h : Frédéric Laurent (Vos Finances), Jean-Claude Périvier (Défis & Profits), Simone Wapler (L’Investisseur Or & Matières)

Samedi 19 novembre, venez rencontrer :

  • 10h-12h : Philippe Béchade (La Chronique Agora), Eric Lewin (Small Caps Confidentiel), Simone Wapler (L’Investisseur Or & Matières)
  • 12h-14h : Mathieu Lebrun (Agora CFD), Florent Detroy (Matières à Profits)
  • 14h-16h : Frédéric Laurent (Vos Finances), Simone Wapler, Sébastien Duhamel (Levier7)

Françoise Garteiser (La Chronique Agora), Cécile Chevré (La Quotidienne Agora), Claire Diaz (Protection & Rendements), Nathalie Boneil (Le Billet du Trader) seront également ravies de discuter avec vous lors de ces deux jours.

EN PLUS : imprimez cet e-mail, ou venez avec le code promo « PRIVILEGE15 » et nous vous offrirons 15% de réduction supplémentaire sur les offre spéciales que nous faisons sur le salon !

Surtout ne manquez pas cet événement : l’accès est gratuit en pré-réservant directement en ligne.

Pour retirer vite votre badge, c’est ici !

* Décryptage : penny stock
Penny stock est un terme anglo-saxon qui désigne à l’origine des actions sur le marché américain valant moins d’un dollar. Aujourd’hui, cette appellation s’est étendue à des valeurs ayant une faible capitalisation boursière. Même si les penny stocks peuvent avoir un effet attractif car peu elles sont peu coûteuses, il faut tout de même garder à l’esprit qu’elles sont sujettes à une forte volatilité dûe à des échanges spéculatifs importants de la part des investisseurs.

Mots clé : - - - - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Un commentaire pour “N’achetez pas n’importe quelle penny stock”

  1. […] ne change en rien mon avis sur BCI Navigation (FR0000076192) dont je suis vraiment à […]

Laissez un commentaire