Inscrivez-vous gratuitement à La Bourse au quotidien


Accord entre Canal+ et beIN refusé : Vivendi à son plus bas

Rédigé le 17 juin 2016 par | Actions, Indices, sociétés et marchés, Toutes les analyses Imprimer

Vous le savez sûrement, mais depuis que beIN a remporté les droits de diffusion des principaux matchs de foot, Canal+ perd des abonnés. Oui c’est un peu un raccourci, mais le foot drainait beaucoup d’abonnés Canal+. Un tel accord aurait pu permettre de redresser le chiffre d’affaires et la rentabilité de Canal+.

160617_vivendi

Eh bien, c’est raté !

Coup dur pour le groupe et pour Vivendi, dont le titre chute et revient sur les 15 €.

Que peut faire Canal+ ? Quelles sont les solutions envisagées par le groupe ?

On parle de revenir sur le tarif de l’abonnement, qui serait encore trop élevé. En effet, 39,90 € par mois pour regarder Canal+ ne semble pas être très compétitif face aux chaînes de la TNT et aux offres de Netflix et de beIN Sport.

Canal+ pourrait, selon certaines sources, perdre 400 M€ cette année. Ce qui risque de ne pas plaire à Vincent Bolloré, propriétaire de la chaîne depuis la fin de la saison 2014-2015. La chaine payante représente 31% du chiffre d’affaires du groupe Vivendi : loin derrière la musique représentant 41% de l’activité. Universal Music Group, baptisé UMG, détient 34% des parts du marché du secteur… Vivendi n’est donc pas en péril. Sa position de cash avoisine les 5 Mds€ tandis que sa marge d’EBIT est supérieure à 9%.Mais l’homme d’affaire n’acceptera pas de laisser 31% de son activité en perdition.

Mots clé : - - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Laissez un commentaire