Accessoires informatiques : secteur porteur, mais attention au choix des valeurs

Rédigé le 8 novembre 2012 par | Mid et Small Caps Imprimer

Par Pierre Havez

Les secteurs des jeux vidéo, des téléphones mobiles et de l’informatique restent très attractifs, capables de générer des croissances à deux chiffres. A titre d’exemple, le syndicat national des jeux vidéos évalue la progression du marché de plus de 44% : de 41,9 milliards euros en 2011 à presque 60,6 milliards euros en 2015… Un véritable Eldorado en période de crise économique !

Derrière ce paysage idyllique, reste à savoir quelle est la situation particulière des sociétés cotées en Bourse qui gravitent autour du jeu virtuel et, en particulier, celle des accessoiristes. Car les situations sont fort différentes, comme vous allez le voir : entre un BIGBEN INTERACTIVE qui cartonne, un CYBERGUN (FR0004031839) qui s’effondre avec un mouvais tournant stratégique ou un GUILLEMOT qui marque le pas… il faut une fois de plus rester sélectif sur les mid & small et se détacher d’une vision trop sectorielle.

L’Etat a déclaré la guerre à votre épargne et à votre capital

Allez-vous rester les bras croisés ?

AGISSEZ !

BIGBEN, la marche en avant

La société BIGBEN INTERACTIVE (FR0000074072) figure parmi les leaders en Europe de la conception d’accessoires pour consoles et téléphones mobiles et dans la distribution de logiciels de jeux vidéo. L’entreprise, en partie détenue par Vincent Bolloré, fait preuve d’une santé florissante. Au premier semestre 2012-2013, elle a ainsi fait état d’un chiffre d’affaires de 429,6 millions d’euros, en amélioration de 625,7% et de 189% à périmètre constant ! Des chiffres à faire pâlir ses concurrents.

Dans le détail, l’activité conception ressort en hausse de 13,9% à 60,2 millions d’euros à données comparables tandis que la distribution progresse de 285,1%. Notez que cette superbe performance s’explique en partie par la montée au capital puis l’acquisition de MODELABS, le leader de la distribution française dans les accessoires de téléphonie mobile.

En termes de perspectives, la direction a choisi de filialiser l’activité « Distribution mobiles » jugée non stratégique, afin de réduire son endettement en se concentrant sur ses métiers clés à forte valeur ajouté. Les investisseurs ont validé la direction prise par la société puisque le titre BIGBEN INTERACTIVE s’adjuge 20,3% depuis le début de l’année. Sur cinq ans, il bondit de 84,8%.

GUILLEMOT CORPORATION marque le pas

Mais attention, les concurrents de BIGBEN ne suivent pas tous la même trajectoire dorée. C’est notamment le cas du concepteur de matériels et d’accessoires de loisirs pour ordinateurs et consoles, GUILLEMOT CORPORATION (FR0000066722). La société se retrouve pour sa part dans une véritable impasse malgré la croissance de son secteur d’activité. Pour preuve, au troisième trimestre 2012, la société a subi un net recul de ses ventes de 13,4% à 12,3 millions d’euros. Même tendance en cumulé : sur les neuf premiers mois de l’année, l’activité marque un repli de 13,5% à 32,6 millions d’euros.

L’avenir n’apparaît guère meilleur. La direction anticipe certes un léger dynamisme des ventes au dernier trimestre 2012 avec un chiffre d’affaires annuel à 52 millions d’euros, mais elle prévoit surtout une perte opérationnelle de 2 millions d’euros contre une prévision d’un résultat positif auparavant.

Seul espoir : le plan d’action de retour à la croissance lancé par la société pourrait porter ses fruits au cours de l’année 2013. Pour l’heure, les investisseurs sanctionnent le titre qui perd 37% depuis le début de l’année 2012. Sur cinq ans, l’action s’effondre même de 73%.

Laissez un commentaire