Abéo : des reins solides et une publication de qualité | La Bourse au Quotidien


Abéo : des reins solides et une publication de qualité

Rédigé le 22 mai 2018 par | Actions, Indices, sociétés et marchés Imprimer

Abéo bourse valeur actionsDans un marché semblable à un encéphalogramme plat, l’action ABEO (FR0013185857-ABEO) progresse de 2,7%. Les investisseurs sont satisfaits après l’annonce ce matin d’une augmentation de 12,4% du chiffre d’affaires annuel en données publiées à 187,9 M€ (dont une hausse de 2,8% en données organiques).

Introduit en Bourse en octobre 2016, ce spécialiste des équipements de sport et de loisirs a même terminé l’exercice 2017/2018 en trombe, avec des revenus qui ont bondi de 24% (+8,5% en organique) et, cerise sur le gâteau, des ventes en hausse dans ses trois pôles (sport, escalade et vestiaires). La récompense d’une stratégie combinant intelligemment croissance interne, partenariats et des acquisitions pertinentes qui lui ont permis de pénétrer des marchés porteurs.

Une visibilité croissante

J’ai fait plus ample connaissance avec Abéo en janvier dernier à l’occasion d’un déjeuner de présentation d’une augmentation de capital. J’avais été frappé à l’époque – et le suis encore – par la robustesse de cette société à la notoriété encore étriquée, mais en plein essor, rentable et qui, l’air de rien, a pris part ou sera présente à de nombreux événements sportifs de dimension internationale. Parmi eux, les prochains championnats du monde de gymnastique et de basket-ball, qui se tiendront en 2019 respectivement à Stuttgart (Allemagne) et en Chine, ou encore les prochains Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo (Japon) en 2020. Plus près de nous dans le temps, ses filiales Entre-Prises (murs d’escalades), Spieth Gymnastics (gymnastique artistique et sportive) et Schelde Sport (basket-ball) fourniront des équipements à l’occasion des prochains Jeux olympiques de la jeunesse, organisés à Buenos Aires (Argentine) du 6 au 18 octobre.

Bien implantée en Allemagne grâce aux rachats de la majorité du capital d’Erhard Sport, un spécialiste de l’équipement des gymnases, et de l’intégralité de META Trennwandanlagen GmbH & Co, entreprise spécialisée dans les cabines sanitaires, les armoires et les casiers, Abéo a aussi mis les deux pieds dans l’empire du Milieu à travers l’acquisition de 80% de Shandong Kangnas Sports, société dédiée à la distribution et à la production d’équipements sportifs et de loisirs. Le groupe est par ailleurs dans les petits papiers de l’Union européenne de gymnastique (UEG), ses filiales Janssen-Fristen, Spieth Gymnastics et Gymnova venant tout juste de prolonger leurs contrats avec elle en qualité de fournisseurs officiels d’agrès.

+118% depuis l’introduction en Bourse en octobre 2016

Bref, Abéo enfile les contrats comme des perles et ne cesse de renforcer sa visibilité grâce à une offre globale large et unique qui va des agrès et tapis de gymnastique aux murs d’escalade, en passant par l’aménagement de vestiaires. Un atout de poids pour le groupe, qui a en outre confirmé ce matin son objectif de chiffre d’affaires de 300M€ à l’horizon mars 2020 et qui, à plus court terme, s’attend à une nouvelle progression de son taux de rentabilité opérationnelle, qui avait atteint 6,3% au terme de l’exercice 2016/2017 et s’est élevé à 9,1% au premier semestre.

Introduite en Bourse au prix de 18,64€ par action, Abéo cote actuellement 38,5€. Chahuté après l’augmentation de capital, le titre revient progressivement au contact des 40€.

cours de l'action d'Abéo depuis son IPO en 2016

Cliquez sur le graphique pour l’afficher en grand

Il se paie actuellement sur un VE/Ebit de 15 et je suis plutôt optimiste quant à une remontée du cours, étant donné la qualité des fondamentaux, sa structure financière et la crédibilité de ses objectifs financiers.

MND a sans doute mangé son pain noir

Mots clé : -

Guillaume Duhamel
Guillaume Duhamel

Guillaume Duhamel suit l’actualité boursière au quotidien depuis plus de 5 ans. Historien diplômé de l’Université de Paris IV-Sorbonne et journaliste de formation, passé également par le sport et le développement durable, il voue un intérêt particulier aux small et midcaps, ainsi qu’aux secteurs de l’énergie et de l’aéronautique

Laissez un commentaire