A la poursuite d’octobre… rouge !

Rédigé le 7 octobre 2008 par | Apprendre la Bourse, Autres indices Imprimer

Nous y voilà !

Où donc ?

Eh bien, techniquement parlant, depuis hier, l’indice phare de la place parisienne est en plein test de son ultime niveau de support clé : les fameux 3 840 pts !

Si vous avez suivi mes divers articles, vous avez déjà entendu parler de ce niveau. Il correspond en effet à la fois au fort niveau de retracement de Fibonacci de 61,8% de toute la phase de hausse précédente (mars 2003 – juin 2007) et à la fois au solide niveau d’overlap d’avril 2004.

Autrement dit, la nette cassure de ce niveau engendrerait la poursuite de la descente aux enfers actuelle, et de façon irrémédiable, puisque ce palier était l’ultime véritable soutien d’un point de vue technique. Et je parie désormais très clairement pour ce « scénario catastrophe ».

Que se passe-t-il au juste ?

Cette question est sur toutes les lèvres : analystes, journalistes, particuliers, professionnels… bref, c’est LE sujet du moment, qui fait les choux gras de la presse, et la vache maigre des investisseurs. Tout le monde ne parle que de ce phénomène extraordinaire que nous vivons : la crise financière.

Par-delà cette crise, il y a des réalités économiques qui, petit à petit, éclatent au grand jour. Comme si on avait essayé de les retenir jusqu’au dernier moment, année après année, gouvernement après gouvernement. Je ne viens pas ici dénoncer, mais juste constater.

L’impact sur la bourse est proportionnel à l’ampleur des événements. Aussi, vous avez pu voir, au fil de l’actualité, et de nos Billets, tous les véritables vents de folie qui ont fait chavirer bien des navires d’investisseurs, dont certains même ont fini par sombrer.

Aujourd’hui, l’heure était au fameux plan Paulson, et à ses ersatz du côté européen. Bilan ? Le CAC40 prenait 3% en clôture vendredi, il en a perdu 9% hier avant de rebondir de 3% ce matin. Autant dire que seules règnent la cacophonie et l’anarchie sur les marchés en ce moment.

◊ Et d’un point de vue technique ?

Comme je vous le disais, l’indice est actuellement en plein test de son ultime niveau clé. Et je ne suis que très peu optimiste quant à la capacité de ce dernier à pouvoir contenir les fortes pressions vendeuses. Regardez plutôt le graphe.

CAC 40

Vous pouvez voir que de nombreux facteurs plaident pour la poursuite du scénario baissier. En voici les principaux :

– d’un point de vue elliottiste, la hausse de mars 2003 à juin 2007 a bien eu lieu en cinq temps distincts, nécessitant donc une correction conséquente ;

– depuis le retournement, le CAC40 reste bien ancré au sein d’un fort canal baissier ;

– la configuration de la phase baissière respecte très scrupuleusement les overlaps : le rebond de mi-mars à mi-mai est reste « bloqué » sous la zone des 5 150 pts (overlap de mi-août 2007) puis, par la suite, le rebond de mi-juillet à début septembre s’est à son tour heurté à la zone des 4 550 pts (overlap de janvier et mi-mars dernier) ;

– du côté des indicateurs hebdomadaires, le RSI reste négatif et mal orienté, et ne montre aucun signe de retournement manifeste ;

– enfin, en s’attardant sur les volumes, les deux seuls véritables pics historiques ont eu lieu à la baisse, les semaines du 21 janvier et du 15 septembre dernier, très précisément.

Ce qui risque d’arriver à partir de maintenant…

Ma foi, rien de bon. Et, dans un contexte totalement erratique où tout pronostic semble hasardeux,

je vous conseille aujourd’hui de surveiller très sérieusement ces niveaux :

tant que le CAC40 ne dépasse pas les 4250 pts, et sans écarter un léger rebond intermédiaire vers les 4 085 pts, je continue de privilégier la baisse. Aussi, un premier niveau de soutien se situe sur les 3 545 pts : ce seuil avait en effet servi de fort support entre les mois de mars et août 2004. L’enfoncement de ce palier conduirait tout droit au prochain objectif situé sur les 3 200 pts, et correspondant à la projection classique de 61,8% de la grande baisse historique (qui avait eu lieu entre septembre 2000 et mars 2003) reportée au sommet de juin 2007 ;

si l’indice repasse au-dessus des 4 250, il faudra alors attendre un nouveau test de la forte résistance située sur les 4 550 pts. En revanche, seul un passage au-dessus des 5 150 pts réinstaurerait désormais la tendance haussière sur le long terme. Et je ne vous apprends rien en vous disant que ça n’est très vraisemblablement pas demain la veille !

Octobre sera sanglant. Et je ne vois rien d’autre à faire que de jouer la baisse… En tout cas, c’est la stratégie que j’applique en ce moment même sur les turbos, et qui nous permet de dégager de belles performances, même dans de tels marchés.

Mots clé : - -

marc-dagher
marc-dagher

Laissez un commentaire