Inscrivez-vous gratuitement à La Bourse au quotidien


A impôt imbécile, ristourne stupide

Rédigé le 8 juin 2016 par | Indices, sociétés et marchés, Parole aux patrons, Toutes les analyses Imprimer

Pour ceux qui n’auraient pas encore bien compris que deux mondes cohabitaient au sein de la même planète politico-financière, voici un nouvel exemple saisissant de criminalisation des lanceurs d’alerte et de protection des bénéficiaires d’arrangements fiscaux (ou de fraude dans le cas de Luxleaks).

Nous découvrons donc l’énorme émotion – et l’indignation – éprouvées par Messieurs Sapin et Eckert face à la publication d’une liste de 50 très gros contribuables ayant bénéficié d’une ristourne fiscale (11 d’entre eux n’ont rien payé, pour les autres, c’est -90% en moyenne sur le montant initial de leur ISF) au titre des mécanismes limitant à 75% la ponction sur les revenus perçus, tous types d’impôts confondus.

Les sanctions les plus lourdes seront infligées aux indélicats qui ont balancé la liste auprès des journalistes du Canard.

Aucun d’entre nous – même n’ayant rien à se reprocher – n’aimerait voir sa feuille d’impôt + relevé ISF sortir dans le journal puis être repris par toute la toile… et Bercy n’aime pas non plus que soient rendues public l’existence de négociations – consistant à appliquer strictement des règles en vigueur votées par le Parlement – ayant abouti à l’évaporation de 200 millions de recettes fiscales (qui en fait ne pouvaient être perçues dès l’origine, donc cela ne lèse personne… oublions ça !).

Mais nous baignons dans l’hypocrisie la plus totale, car si la règle des 75% a été fort logiquement appliquée, il reste à savoir à quoi elle fut appliquée : et ce qui ulcère en réalité nos pontes de Bercy, c’est que tout un chacun va découvrir qu’il existe des bidouilles pour faire disparaître fictivement sous le tapis des revenus normalement taxables (via des holdings ou des structures offshore percevant anonymement des revenus de valeurs mobilières, actions, obligations, ou des royalties…) et que tout le monde fait semblant de n’en rien savoir et de n’avoir rien vu.

Une seule conclusion s’impose concernant l’ISF : à impôt imbécile, ristourne stupide (mélange nauséabond de honte et de faux semblants).

Et pour M Sapin, ce nouveau cas de « whistleblowing » apporte la démonstration de son propre désaveu – et de celui de ses services – d’une fiscalité confiscatoire, mais qu’il doit cependant assumer et défendre publiquement au nom d’une idéologie d’un autre âge et que la France traîne comme un boulet depuis 35 ans.

Et le plus drôle, c’est que nos riches très riches sont absolument enchantés de payer des taxes foncières bien supérieures à l’ISF sur leur patrimoine immobilier aux Etats-Unis : ça leur coûte plus cher que s’ils avaient déclaré ces biens en France… mais ils payent le sourire aux lèvres puisqu’il il ne s’agit pas d’une punition pour délit de richesse !

Mots clé : - - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la lettre Pitbull

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter 

Laissez un commentaire