98,8% des composantes du S&P500 ne servent à rien : la preuve par Fangman

Rédigé le 9 juillet 2018 par | Analyses indices, Indices, sociétés et marchés, US Imprimer

Fangman, le super-héros des valeurs technologiques (Nasdaq)

« Fangman » (pour Facebook, Amazon, Nvidia, Google, Microsoft, Apple et Netflix), est le super-héros des valeurs technologiques créé par Philippe Béchade, celui qui porte le Nasdaq vers ses records. [Crédit : Time Warner (Freakazoid)]

Avec le rebond de 1,35% vers les 7 688 points, le Nasdaq progresse de 2,4% à l’issue de la première semaine du mois de juillet et revient d’un coup à moins de 2% de son record absolu.

Mais surtout, Fangman retrouve son statut de super héros de l’envol du S&P500 puisqu’il représente à lui seul 106% de la hausse de cet indice (et 120% de la hausse du Nasdaq-100), alors qu’il représente 1,2% de ses composantes.

Hyperconcentration et algos

Voici le tableau du pourcentage de hausse du S&P représenté par les 7 de Fangman en date du 6 juillet :

En ce qui concerne le Nasdaq-100, les 5 premières composantes (« Amnaf ») représentent 100% de la hausse, les 95% autres composantes comptent pour rien… ou plutôt non : 80% des composantes du Nasdaq et du S&P500 vous font perdre de l’argent !

Et d’un point de vue « quantitatif », il est impossible de ne pas détenir « Amnaf » pour coller au benchmark… donc tous les algos surpondèrent ce quinté gagnant, rendant la prédiction auto-réalisatrice… jusqu’au bout de l’absurde.

Après Fangman sur le Nasdaq, voici « KLH » sur le CAC40

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Mots clé : - -

Laissez un commentaire