38% à prendre sur l’argent-métal

Rédigé le 31 janvier 2013 par | Matières Premières Imprimer

C’est peut-être une étrange entrée en matière… mais je dois avouer que l’argent-métal me laisse toujours un peu sceptique.

Cela fait des années qu’on nous annonce son décollage mais force est de constater que l’envolée des cours est toujours arrêtée dans son mouvement. En cause, peut-être la très grande manipulation d’un marché concentré presque uniquement dans les mains d’un intervenant — J.P. Morgan pour ne pas le nommer.

Seulement voilà, avec l’arrivée en force de la Chine dans le jeu, les règles pourraient bien changer.

L’industrie chinoise, gourmande d’argent-métal
Entre 2000 et 2011, la demande chinoise est passée de 48,7 millions onces à 159,5 millions onces en 2011. Soit une croissance annuelle moyenne d’environ 12%.

La demande chinoise n’est pas représentative de la demande mondiale. Sur la même période, dans le monde, les besoins en argent industriel ont été divisés par deux — la faute en partie à la quasi-disparition de la photographie argentique.

La Chine quant à elle a soif d’argent pour alimenter son industrie électronique, électrique, et de plus en plus solaire — l’argent entrant dans la fabrication des panneaux photovoltaïques. A cela il faut ajouter la joaillerie, la Chine s’étant imposée comme le premier fabricant de bijoux en argent au monde.

Des lingots sous la paillasse
L’appétit des Chinois pour l’argent n’est pas tiré que par les besoins de son industrie ; de plus en plus, c’est la demande en argent comme investissement qui soutient la demande.

En 2007, l’investissement ne représentait que 5% du marché mondial de l’argent. Aujourd’hui, c’est 30%. Et la demande venue de Chine est particulièrement soutenue — elle devrait même augmenter de 10% encore cette année.

__________________Pour vous aider dans vos trades__________________

Préparez-vous à changer votre manière d’investir !
Préparez-vous à des investissements plus simples… à un portefeuille plus sûr… à des gains mieux protégés… à des pertes mieux maîtrisées…

… et surtout, préparez-vous à n’y passer que 20 minutes par semaine !

Mathieu Lebrun a élaboré pour vous une méthode d’investissement claire et simple : il vous guide pas à pas, pour que vous n’ayez plus aucune décision à prendre… ou presque.

Découvrez dès maintenant sa méthode, ses principes boursiers et les indicateurs qu’il utilise jour après jour dans une vidéo complète réalisée spécialement pour vous…

__________________

Comment l’expliquer ? Par un facteur culturel d’abord. Traditionnellement, l’argent-métal est considéré comme une protection à l’inflation dans l’empire du Milieu — plus que l’or — puisque jusque dans les années 30, la monnaie était appuyée sur le métal gris.

Par une volonté politique ensuite. Depuis 2008, les investisseurs et épargnants chinois sont incités par leurs banques et leur gouvernement à détenir de l’argent ou de l’or, physique ou sous forme de contrats. Détenir des métaux précieux est devenu légal et les banques ont multiplié les produits permettant aux Chinois de s’offrir un part de rêve, sous forme de lingots, pièces ou de contrats.

La Chine a d’ailleurs lancé l’année dernière un contrat à terme sur l’argent qui met à mal l’hégémonie de la Bourse spécialisée de New York, le Comex. Une très bonne nouvelle pour les investisseurs alors que, à juste titre d’ailleurs, l’argent traînait comme un boulet la réputation d’être manipulé.

Et c’est de plus en plus vers l’argent que se tournent nombre de Chinois, parmi les plus modestes, tout simplement parce que le métal gris est bien moins cher que son cousin, l’or. Selon un rapport de GFMS, la Chine serait devenue le premier marché mondial pour les pièces et lingots d’argent ainsi que pour l’argent-papier.

La demande explose, et la production chinoise ne suit pas. Le graphe ci-dessous représente en noir, l’argent détenu en Chine, en gris la production interne et en rouge les importations (via Hong Kong).

Graphique de l'argent

Si la Chine est toujours le troisième producteur de métal gris au monde, la demande est telle que la production ne suffit plus à satisfaire la demande.

Qu’est-ce que cela signifie pour l’argent ?
GFMS a publié en décembre dernier ses prévisions de cours pour l’argent cette année. Objectif : 53$, soit une hausse de près de 38%.

Graphique des objectifs de l'argent

Les explications de GFMS : la demande va être soutenue — non seulement celle de l’industrie avec le développement de l’industrie solaire et autres utilisations (cf. l’imagerie médicale) — mais aussi la demande d’investissement.

Comment en profiter ?
Premièrement, la détention d’argent physique. Je vous renvoie à l’article très complet que le numismate de L’Investisseur Or & Matières, Bruno Collin, avait consacré aux pièces d’argent. A retrouver ici…

Outre la détention d’argent physique, il existe plusieurs ETF dont :

– ETFS Physical Silver Trust (NYSE: SIVR) qui affiche une performance de 7% depuis le début de l’année ;
– Sprott Physical Silver Trust ETV (NYSE: PSLV).

Vous pouvez aussi miser sur des investissements qui sont largement boudés par les investisseurs ces derniers temps, et qui sont donc particulièrement bon marché : les minières. Dans L’Investisseur Or & Matières, Simone Wapler en a plusieurs en portefeuille :

– une minière or et argent en Amérique du Sud, qui a l’avantage supplémentaire de verser un dividende et dont les perspectives de production sont en hausse ;
– une junior or et argent en Amérique du Sud, dont les cours sont au plus bas.

Deux valeurs qui devraient profiter de la hausse de l’argent cette année… et à découvrir dans le portefeuille de L’Investisseur Or & Matières.

Notre recommandation : profitez de la faiblesse actuelle des cours pour vous placer sur l’argent. Et attendez une belle remontée — près des 40 $ — pour empocher une partie de vos bénéfices.

Première parution dans la Quotidienne d’Agora du 29/01/2013.

Mots clé : - - - - -

Laissez un commentaire